Ghouta orientale

Accroche Date / Lieu
Du 20 au 25 mai à la mairie du 1er
Visuel principal
Thématique principale
Exposition
Accroche détaillée

Vernissage + table-ronde le 22 mai à 18h30

Contenu
Contenu

EXPOSITION des photos de Firas Abdullah rescapé de la Ghouta
du 20 au 25 mai 2019

TABLE RONDE "Syrie, témoigner à tout prix " avec Edith Bouvier, Cécile Hennion, Firas Abdullah. Modération: Hana Jaber le mercredi 22 mai à 18h30


La Ghouta orientale, présentée autrefois comme le « grenier » de Damas, est connue pour avoir subi le plus long siège et un des plus dur de la révolution Syrienne. La situation était telle que l’ambassadeur français à l’ONU, François Delattre, l’a qualifié en février 2018 de « digne du Moyen-Age ».
Après les premières contestations en mars 2011, à Dera’a, au sud de la Syrie, les habitants de Douma, agglomération de la Ghouta orientale, et ville d'origine du photographe Firas Abdullah, descendent eux aussi dans les rues. Dès le début du mois d’avril, la répression sanglante du régime y fait de nombreuses victimes. Le 21 Août 2013, La Ghouta orientale connaîtra un événement qui a marqué toutes les mémoires : l'attaque chimique au Sarin par régime , causant la mort de plus de 1300 civils en une nuit (source CVDCS). Pour échapper aux bombardements aériens russes et du régime syrien, en 2017 70 % de la population habite dans des abris souterrains selon MSF. La fin de ce siège a entraîné la déportation de plus de 70.000 civils à Idlib, au nord de la Syrie.

Les média-activistes ont joué un rôle particulièrement important, en l'absence de journalistes internationaux, la Ghouta étant encerclée par l'armée du régime. Il était également difficile de se rendre en Syrie par voie légale pour tout journaliste intègre. Ainsi la presse internationale s'est basée sur les informations que les médias-activistes locaux fournissaient au péril de leur vie, à l'instar de Firas Abdullah.

Vernissage et table ronde, le 22 mai à 18h30
SYRIE, TÉMOIGNER A TOUT PRIX


En présence de :
Firas Abdullah, média-activiste et photographe de 25 ans qui assurera la permanence de l’exposition et livrera son témoignage au cours de la table ronde. Firas est resté dans la Ghouta jusqu’à sa reconquête par le régime, avant d’être évacué au nord de la Syrie d’où il a pu se rendre illégalement en Turquie. Il est France depuis décembre 2018.

Edith Bouvier, journaliste indépendante, blessée en Syrie lors du bombardement d'un centre de presse à Homs en février 2012, qui a causé la mort de Rémi Ochlik et Marie Colvin. Elle continu à se rendre sur le terrain afin de raconter la vie des populations civiles. En mars 2018, elle publie avec Celine Martelet, « Un parfum de djihad ».

Cécile Hennion, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient et auteur de l'ouvrage « Le Fil de nos vies brisées » qui livre les témoignages de natifs d’Alep-Est révoltés et contraints à l’exil, et «Ya benti ! ma fille ! » : itinéraires d'une jeune reporter en terres d'Islam.

Modération : Hana Jaber (sous réserve), historienne et spécialiste des migrations dans le monde arabe. Elle est chercheuses principale à Arab Reform Initiative.

ORGANISATION: Mairie de Lyon 1er, Revivre, CAA

Infos pratiques

Equipement

Mairie du 1er arrondissement

Adresse
2 place Sathonay

Code postal
69001
Ville
Lyon

Bloc recherche - Agenda

Choix des dates
Filtres avancés