Economie
- Publié le 15 avril 2020

Faire son marché au parking

Les vendredis matins, les Lyonnais peuvent s’approvisionner en produits locaux (légumes, fruits, fromages, boucherie…) dans le parc de stationnement Saint-Antoine géré par Lyon Parc Auto. Pour continuer de manger sainement et de saison en période de confinement.

Contenu

Dans une ville au repos forcé, aux rues et places quasiment désertes, l’image d’une file de personnes là où normalement des véhicules circulent pour stationner... Pendant le confinement, le parking Saint-Antoine a trouvé une nouvelle vocation.

En partenariat avec la Ville de Lyon, le gestionnaire, Lyon Parc Auto (LPA), organise un« drive producteurs locaux » pour, en l’absence de marchés, permettre aux Lyonnais de s’approvisionner en fruits et légumes ainsi que produits frais venant de Taluyers, Irigny... Il a lieu le vendredi de 9h à 12h quai Saint-Antoine. « Nous avons lancé un drive mais finalement nous avons 80% de piétons et 20% d’automobilistes », précise Louis Pelaez, président de Lyon Parc Auto. Un agent de la société d’exploitation du parc de stationnement est présent pour prévenir de l’arrivée d’un véhicule. Les piétons, eux, respectent les distances préconisées.

600 commandes

500 commandes ont été passées dès la première session, le 3 avril, alors que 4 producteurs étaient présents. Une semaine plus tard, le nombre de producteurs est passé à 7, les commandes à 600. Chalands et marchands, tout le monde est, toutes proportions gardées en ce temps de crise, gagnant. La satisfaction se lit sur les visages de chacun même si celui-ci est parfois masqué. L’ambiance est bonne sous le soleil. Chacun des clients, qui sont pour la plupart des habitués du marché, panier ou caddie à la main, décline son numéro de commande ou son nom pour récupérer les produits réservés quelques jours plus tôt par mail, via la page Facebook des producteurs ou par téléphone. On en profite pour discuter de la situation inédite à laquelle chacun doit faire face. « Il faut toujours arriver à vivre, ne pas perdre d’argent, c’est le but », répond un producteur de Taluyers interrogé par un couple.

Jusqu’à la fin du confinement

Même impératif pour Perrine, de la Colline caprine, qui élève chèvres et brebis à Avèze (69). « Nous avons trois marchés en moins par rapport à d’habitude donc c’est difficile, d’autant que les chèvres sont à leur pic de production laitière. » Avec son mari, elle partage son temps entre l’exploitation, leur fille de 2 ans qui ne peut plus aller à la crèche, en raison du confinement et qui demande beaucoup d’attention, les livraisons chaque semaine à Collonges-au-Mont-d’Or et aux Halles de la Martinière (1er) assurées par son conjoint… « On a l’impression de repartir à zéro », ressent-elle mais elle ne perd pas le moral, « en ce moment, je n’ai pas beaucoup de clients mais ils font des commandes importantes, c’est déjà bien ».

La direction de Lyon Parc Auto l’assure, ce système D sera maintenu jusqu’à la fin du confinement. Le drive est ouvert à tout le monde.

En savoir plus, connaître la liste des producteurs et commander : lpa.fr

Plus d'infos sur les livraisons ou points relais en produits frais

Bloc recherche - Actualités